Pointe du Château

Des schistes, des filons de kersantite et une île énigmatique.

Aux heures de haute mer, le panorama maritime de la Pointe du Château se singularise par la présence d’une petite île, hérissée de pins (1). L’origine de cet îlot rocheux, atypique dans la morphologie littorale de la Rade de Brest, trouve des éléments de réponse dans la structure géologique de l’estran découvert à marée basse (2).

Celui-ci est constitué pour l’essentiel par des schistes (Formation de Traonliors) résultant de l’aplatissement, lors de la compression hercynienne, d’anciens sédiments très fins (boues), âgés d’environ 370 millions d’années (Dévonien Supérieur). Les schistes sont recoupés par deux filons de matériel magmatique, emblématique de la Rade de Brest, la kersantite. L’un, précoce, de couleur sombre et à texture microgrenue (3), forme une intrusion verticale, de 20 mètres d’épaisseur (filon KA), parallèle à la schistosité des anciens sédiments (5). L’autre, plus tardif, de couleur claire et à texture plus grenue (4), forme une lame quasi horizontale (filon KB) au sein d’une seconde unité de schistes, à structure également peu inclinée, supportée par une faille chevauchante (Fc) à proximité de l’île (5). 

Plus durs que les schistes dévoniens, les filons de kersantite ont mieux résisté aux effets de l’érosion, formant des saillies dans la morphologie actuelle. Ainsi, l’île aux pins et sa topographie plate ne sont-elles que les vestiges, en relief, du filon de kersantite, peu incliné, présent à l’extrémité occidentale de la Pointe du Château.

Le site géologique de la Pointe du Château illustre donc le rôle prépondérant joué par la nature et la structure des roches, même anciennes, sur la morphologie des paysages d’aujourd’hui.

Rendez-vous sur place pour observer ces roches à l’œil nu !

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×